Nouvelle II : Le cachot

Aller en bas

Re: Nouvelle II : Le cachot

Message  Tuvok le Mar 23 Fév - 23:41

… Avant d’avoir pu faire quoique ce soit une première créature tente de m’agripper par le bras et m’emporter avec elle dans le ciel rouge/or, mais par une rotation de mon corps je l’évite de justesse. Les griffes de la créature n’entament que ma tunique laissant tout de même une déchirure importante sur le tissu.

Les créatures ressemblent à d’horribles lutins avec des ailes de chauve-souris épaisse. Quatre membres griffus pendant à leurs extrémités. Bizarrement ces créatures n’ont pas d’yeux, très certainement s’agit-il là de démon des abysses qu’un seigneur du chaos manipule.

La seconde créature vient de face et se jette littéralement sur moi pour me faire basculer sur le dos. Il m’enserre les membres de ses griffes et m’empêche de bouger. Il dégage une odeur assez intolérable et son petit nez vient humer mon visage.

Alors que je me débats et que je hurle les deux autres complices s’approchent de moi et l’un d’eux me décoche un coup à la tête qui me fait perdre connaissance. La seule chose dont je me rappelle s’est une sorte de rire provenir des créatures et c’est le noir.

Je me réveille soudainement, c’est la nuit, où il n’y a pas d’ouverture sur l’extérieur dans l’endroit où je me trouve. Des bruits de créatures sur le sol s’égaille en échos tout autour de moi , des gouttes d’eau qui tombent à intervalle régulier, une odeur de décomposition flottant dans l’air… je n’ai pas rêvé, j’ai bel et bien été enlevé. Par qui ? Pourquoi ? Où sont mes parents ? Pourquoi suis-je allé aux abords des abysses alors que l’on me l’avait interdit ? Est-ce que se sont eux qui m’ont puni et enfermé ici pour que je comprenne? Une nuée de questions s’impose à mon esprit en quelques instants. Peu à peu, alors que mes yeux commencent à s’habituer au noir, je tente de calmer mon cœur qui bat à tout rompre dans ma cage thoracique.

Des heures semblent passer ou n’était-ce que quelques minutes, dans le noir, la notion du temps qui passe disparaît rapidement. Je me décide enfin à bouger pour appréhender mon nouvel environnement. Je me mets sur mes genoux et à tâtons j’avance…
Le sol est irrégulier et terreux, je sens la boue et des cailloux sous mes genoux, pas de quoi me faire mal mais si ma mère me voit tout boueux je serais surement privé de dessert.
Un réel effroi me fige… je suis dans une sorte de… rien… Le néant. Un cataclysme de question m’assaille de toute part et me fait me recroquevillé sur moi-même, mes longs bras chitineux enserrant mes genoux, ma tête pendante. Épuisé, je finis par m’endormir les os glacés, le ventre vide et la tête pleine de questions et de cauchemars.
Ce qui semble être le lendemain, il me faut quelques instants pour prendre conscience que mes yeux sont bien ouvert, je suis toujours dans le même environnement que la veille. Le cauchemar continu. Je ne peux contenir plus longtemps mes larmes qui coulent le long de mes joues émaciées.
Une note de musique tinte sur ma droite, automatiquement ma tête se tourne, avec l’espoir que tout ceci s’arrête enfin, qu’il ne s’agissait que d’une blague.

« - D’accord je ne le ferais plus… je n’irais plus aux abysses… libéré moi maintenant ! »


Seul le silence me répond.
Une lumière rougeoyante apparaît à quelques mètres de moi… Une torche qui éclaire légèrement la noirceur du lieu. La lumière vive de la torche agresse mes yeux et m’oblige à les plisser, une créature à la tête de serpent apparaît dans l’embrasure de la porte. Il m’inspecte quelques instants de la tête au pied et dépose sur le sol un bol rempli d’un liquide. D’un coup de pied il le fait valdinguer dans ma direction. Une grande partie du liquide s’est répandu sur le sol. Il part d’un rire sifflant et fait tinter une clochette à son poignet. De nouveau je suis plongé dans le noir, la créature à disparu ainsi que la lumière. Cet intermède à défaut de m’avoir sustenté m’aura au moins permis de mieux appréhendé la configuration des lieux, même si en soit cela ne m’apporte pas grand-chose.

De nouveau la clochette se ait entendre mais cette fois-ci plus sur ma gauche légèrement en retrait de ma position. La lueur de la torche apparait tenue par la main du serpent. Il se trouve à environs 20 mètres de moi, si les lois qui régissent ce lieu peuvent être jugées ainsi.
Je me demande ce qu’il peut faire là-bas. Alors que mon esprit tente de trouver une solution à ce problème, mes yeux accrochent une petite chose en tissu sur le sol. Le serpent, comme avec moi, lui envoi le bol qu’il a déposé sur le sol d’un coup de pied.

Aurais-je vu bouger le tas de tissu ? Le paquet ne suggère pas qu’il s’agisse de quelques choses de grand, peut être un autre enfant comme moi ? Il me faudra en avoir le cœur net, mais pas avant que la créature ne soit parti.

Celui-ci vient d’un bras long et lisse soulever le tas de tissu sur le sol. A la lueur de la torche je peux voir les traits d’une créature de mon âge, sa peau est rouge, de longues oreilles repliés sur une tête chauve et plate. Je ne sais depuis combien de temps il est là, mais je ne veux pas finir comme cela. Le garde ayant l’air satisfait, lâche la créature sur le sol d’une hauteur assez importante. A l’impact, le tas de tissu gémit. Le garde disparait dans un tintement de cloche.

De nouvelles questions se pressent dans ma tête. Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive ? Pourquoi suis-je ici ? Je n’ai rien fais ? Peut être se sont ils tout simplement trompé?

Je laisse un certain temps passé et l’autre créature gémit toujours. Au moins il est vivant, me rassurais-je.

Après m’être assuré que notre geôlier n’était plus présent dans les parages. Je tente de me rapproché de lui pour rentrer en contact. Par mes estimations à la lueur de la torche, je me remets à quatre pattes et par touche successive je me déplace jusque vers lui. Dans ce lieu la notion de temps est totalement déréglé, je ne sais pas si cela fait 5 minutes ou 5 heures que j’avance vers lui, mais ma détermination est grande et je ne laisse plus mes peurs m’empêcher d’avancer. Je finis par percevoir une respiration et je m’arrête net.

« - Eh ! Tout vas bien ?»

Pour toute réponse je n’ai le droit qu’au silence. C’est une réponse en soi, il ne gémit plus.

« - Je suis enfermé comme toi. Tu sais ce qu’il nous arrive ? »

Toujours le silence mais je perçois un mouvement tenu, le bruissement du tissu dans l’obscurité et une petite voix apeuré me dire :

« - Tu es vraiment là ? Je ne rêve pas…»

La voix prend peu à peu un peu plus d’assurance.

« - Je me nomme Dust, je suis enfermé ici depuis longtemps… enfin je crois... Fait attention au garde il est sadique, je suis sur qu’il met des choses bizarres dans les plats qu’il nous sert. Tu es là depuis longtemps ?»
« - Non pas vraiment, un jour ou deux. Je ne sais pas pourquoi je suis ici ? Je me suis fais attaquer alors que je me baladais seul et j’ai reçu un mauvais coup… je me suis réveillé dans ce lieu. Et toi que t’est il arrivé ? »
« - Presque pareil, mais ils ont tué mes parents pour me prendre avec eux. »


Sa voix se brise alors qu’il termine sa phrase et il repart à sangloter.

« - Cela à du être dur pour toi », finis je pars dire
« - Oui très dur, tu es la première personne avec qui je parle depuis que je suis ici… », Ses sanglots se calment peu à peu.


Je l’entends se moucher dans ses vêtements.
La voix plus calme il reprend :

« - Tu sais le garde, n’est pas le pire… Le pire c’est lorsqu’il nous emmène en haut. Un type sous la forme d’un serpent, s’insinue dans mon esprit et fouille ma mémoire. Je perds conscience rapidement mais à mon réveil je suis de nouveau ici. A force je me suis dis que je faisais un cauchemar qui se répète sans cesse et que tout cela ne se passe que dans ma tête… Mais tu es là donc je ne suis pas fou… n’est-ce pas ?»

Il part d’un rire un peu dingue. Le pauvre garçon a du subir les pires outrages pour avoir perdu la raison.

« - Tu sais pourquoi ils font ça ? »

Le rire du garçonnet cesse et le silence s’installe. J’attends plusieurs secondes mais rien ne vient. J’allais reposer la question lorsqu’une voix tout proche de moi me répond dans un chuchotement qui me fait frissonner de terreur.
« - Le serpent est à la recherche du ‘Flambeau’… »

Comme je ne réponds pas.
« - Tu sais le ‘Flambeau’… »

J’ai beau chercher dans ma mémoire je n’ai aucun souvenir d’une histoire de ‘Flambeau’.
« - Je ne sais pas de quoi tu parles… »
« - Mais si tu sais c’est un objet magique fabuleusement puissant qui est gardé par une famille des cours mais dont le nom à été tu pendant des cycles. »
« - Non, non je ne sais vraiment pas de quoi tu parles… Je n’ai jamais entendu parler de ce ‘Flambeau’. »


Je ne saurais comment l’expliquer mais un silence lourd s’installe, gênant et perturbant.

Une voix plus grave que celle du petit garçon s’élève alors où perce la colère.
« - Nous allons voir cela si tu ne sais pas ce que c’est morveux… GARDE»

La cloche retentis à nouveau, deux gardes portant chacun une torche dans une main s’avancent et m’empoignent sous les bras. Je tente de donner des coups de pieds et de poings mais rien n’y fait ils me tiennent fermement l’un et l’autre, aucun moyen de m’échapper…
avatar
Tuvok
Scribe
Scribe

Messages : 438
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 42

Feuille de personnage
Nombre de Points:
109/121  (109/121)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum