Polgara - Acte I (La Proie et le chasseur)

Aller en bas

Polgara - Acte I (La Proie et le chasseur)

Message  Sance le Dim 18 Juil - 19:57

La proie et le chasseur


Les pierres se dressaient dans la nuit cristalline, éclairées par la seule lumière des étoiles frissonnantes. Elles attendaient la fin de l'hiver, sans savoir quand elle viendrait. Mais elle viendrait, les pierres le savaient, et l'attendaient.

.oOo.
Courir, toujours courir. Depuis une heure, depuis qu'elle s'était enfuie de Caer Givris, elle courait à travers la campagne blanche et sans vie. Le coeur battant à tout rompre, elle s'arrêta au sommet de la colline enneigée, sous un maigre bosquet de mélèzes. Bien obligée ! Un précipice abrupt plongeait à ses pieds, et au-delà, c'était toujours le même désert enneigé et hostile... Elle tenta de reprendre son souffle, malgré l'air glacé qui paralysait sa gorge et brûlait ses poumons. Les hurlements des hommes se rapprochaient. Peu importe ce que Fiona dirait ! Tant pis si elle avait encore échoué, il fallait partir d'ici. Vite. La jeune femme aux cheveux blonds fouilla avec fébrilité les poches de son manteau d'hermine. "L'atout de John. Il faut l'atout de John !" Le brouillard se fendit d'une première flèche qui alla se planter dans le tronc d'un mélèze. La deuxième... la jeune femme hurla alors que la deuxième pénétrait sa chair. Tétanisée par la douleur qui irradiait de son épaule, elle lâcha l'atout qui virevolta un instant devant elle, comme suspendu, avant de disparaître dans le précipice.

"Mon atout ! Mon atout !" La jeune femme hurlait en vain, désespérée. Que faire ? Pour descendre dans ce fossé, il lui faudrait du temps, beaucoup de temps, et elle en avait si peu à présent, alors qu'on la pourchassait et que... Non ! Déjà ? Au bas de la colline étaient apparues des silhouettes qu'elle connaissait trop bien. L'un des cinq hommes tendait le bras dans sa direction. Deux autres ajustaient leur arc. La jeune femme plongea derrière les arbres pour éviter la nouvelle volée de flèches qui sifflaient dans le brouillard. Si seulement elle n'avait pas épuisé tous ses sortilèges pour pénétrer le palais de la Reine, si seulement elle n'avait pas stupidement dévoilé ses plans en tentant d'asservir un Guerrier des Tempêtes... Si seulement elle n'avait pas été aussi idiote, aussi naïve !

Au bord des larmes, les dents serrées, la jeune femme arracha d'un coup sec la flèche plantée dans son épaule. La douleur lancinante se fit vertigineuse... Lorsqu'elle reprit ses esprits, les cinq hommes avaient commencé leur ascension, gênés par la neige épaisse malgré leurs raquettes. Bientôt, elle pourrait même reconnaître leurs visages. Que faire ? Se battre à cinq contre une, elle, une sorcière qui ne connaissait presque rien à aux armes, face à des guerriers féroces ? Et sinon, se jeter dans le précipice ? Avec un peu de chance, elle y survivrait, elle pourrait retrouver la carte de John, et il la sauverait, la soignerait, comme la dernière fois. Et sinon... Un petit espoir de vie valait de toute façon mieux qu'une mort certaine.

Le sifflement des flèches déchira encore une fois l'air glacé. La jeune femme se colla d'instinct contre le tronc d'un mélèze, attendant le raclement sec des pointes de métal contre l'écorce. Mais elle n'entendit rien. Ou plutôt, si, des cris incohérents, quelques pas rapides, étouffés par la neige, une autre volée de flèches, et puis le silence. Le souffle coupé, elle écoutait sans comprendre. Que se passait-il ? Alors que elle hésitait à quitter la faible protection de son arbre, elle perçut des aboiements de chiens, le crissement de la neige, puis une voix rocailleuse et profonde qui s'exclama:
" Joli coup, Till.
- Pas autant que toi, Papa. Trois à la fois. T'est le meilleur !"
chanta une seconde voix, pleine de fierté enfantine.
Combien étaient-ils ? Tout en se reprochant sa curiosité, la jeune femme se pencha pour observer la scène. A quelques mètres se trouvait à présent un traîneau tirés par une dizaine de chiens-loups, surveillés par un homme jeune, à la stature imposante. Barbu, enveloppé d'une tunique en peaux de bête, il empoignait avec force un grand arc de bois sombre. Ses cheveux noirs en bataille s'échappaient d'une capuche en renard argenté, encadrant un visage jeune déjà ridé par la vie difficile des plaines glacées d'Hibernia. A son côté se tenait un enfant d'une dizaine d'années, en tout point semblable à son père, si ce n'était sa chevelure, aussi blonde que celle de son père est noire. Autour d'eux, les cinq chasseurs étaient étendus, immobiles, rougissant la neige de leur sang, le corps transpercé. Aucun n'avait survécu.

La jeune femme ne savait pas si la mort de tous ces hommes la soulageait ou l'attristait, en dépit de ce qu'ils avaient fait. Elle se décida finalement à rencontrer ceux qui l'avaient sauvée. L'homme et l'enfant la dévisageaient avec une telle intensité qu'elle en rougit, oubliant un instant la douleur qui élançait toujours son épaule.
" Et voici celle qui nous vaut toute ce remue-ménage." L'homme lui lança un sourire avenant en ouvrant le bras dans un geste de salut. "Halvor Lame d'Argent. Trappeur, brigand... et rebelle quand il le faut." Le garçon tira la manche d'Halvor, qui répliqua en ébouriffant ses cheveux de la main. "Et voici mon fils, Till."
" Polgara Acoma. Je... je vous remercie pour ce que vous venez de faire, messieurs.
- Vous devez être une personne bien importante et bien dangereuse, Polgara Acoma" -- le nom roulait dans la bouche d'Halvor comme une avalanche -- "pour que la reine Jadis envoie tous ses guerriers à vos trousses. Elle n'en a jamais fait autant avec moi - et pourtant, je lui en ai fait voir !
- Je... je ne sais pas, Sire Lame d'Argent."
Till pouffa en entendant le nom grandiloquent donné à son père. Polgara reprit :
- ... je veux dire, Halvor." Un large sourire éclaira instantanément le visage du chasseur. Un sourire surprenant par sa douceur, sur ce visage encore jeune, encore beau, en dépit des rides que sa vie rude lui avait infligé...
- Dis, tu viens avec nous, Polgara ? Elle peut venir avec nous, hein, Papa ?" Sans attendre la réponse Till s'élança derrière le bosquet de mélèze. Halvor sourit à nouveau en regardant silencieusement Polgara, qui ne savait plus quoi répondre, de plus en plus confuse, de plus en plus engourdie.... Si seulement elle n'avait pas aussi mal à l'épaule !
"Bien sûr qu'elle peut. Et même, elle doit. Vous allez bien nous aider contre cette maudite Jadis, après ce qu'elle vous a fait, pas vrai ?"
Connaissait-elle un autre endroit où aller ? Avait-elle d'autres amis ? Et de toute façon, comment retournerait-elle auprès de John ?
"Je dois d'abord retrouver quelque chose que je viens de perdre...
- C'est ça qu'tu cherches, Polgara ?" Du haut de la colline, Till brandit un petit carton coloré. Polgara savait déjà que c'était l'atout de John. Elle savait aussi qu'elle resterait avec eux. Et elle comprit une dernière chose avant de s'évanouir dans les bras de Halvor. Elle allait réussir sa mission.


Dernière édition par Sance le Mar 20 Juil - 8:30, édité 5 fois
avatar
Sance
Rédacteur
Rédacteur

Messages : 690
Date d'inscription : 18/08/2009
Age : 44
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Nombre de Points:
127/151  (127/151)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum