Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Ambre :: Hors-Jeu :: Flood

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Maitre de Jeu le Mar 25 Jan - 13:09

Les applaudissement finissent par mourir, les têtes se tournent et nulle part on ne voit Gabrielle sortir de la foule pour aller quérir son prix.

Après un soupir, nettoyant rapidement le sel des chips ayant manqué l'objectif buccal pour tomber sur le le plastron de mon costume, je me lève, la bouche en en une grimace désolée, forçant les genoux à se serrer sur le siège pour me faire place.

Une fois dans l'allée je me dirige vers la scène en serrant quelques mains au passage.


"Lâche donc Hugi, Ygg, le stress durcit la chair."

Devant le pupitre, je regarde le trophée posée sur ce dernier.



"La belle Gabrielle me laisse recevoir son prix à sa place, dernier coup dans le dos en guise de révérence."

La main posée sur le micro et m'adressant à Aratan, j'ajoute quelques mots, relayés mais étouffés par les enceintes.

"Il se peut que la police fasse une descente chez toi, juste au cas où elle ne donnerait soudainement plus signe de vie..."

Après un clin d'oeil, je retire ma main.

"Il est toujours délicat de remercier pour autrui, aussi ne verserais-je pas dans le domaine. D'autant que je n'ai préparé aucun discours, ne devant pas me retrouver dans la situation présente cette année.

Merci pour elle."


Je soulève la statuette d'une main, salue le public et sors par l'arrière, là où attendent les petits fours et le champagne pour les VIP ayant reçu un prix.
avatar
Maitre de Jeu
Admin
Admin

Messages : 8271
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Nombre de Points:
10000000000/10000000000  (10000000000/10000000000)

Voir le profil de l'utilisateur http://ambre-belgique.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Darla le Mar 25 Jan - 13:28

La dizaine d'employés revient sur scène pour embarquer Ygg dans les coulisses, la manœuvre prend de nouveau plusieurs minutes pendant lesquelles les commentaires vont bon train. Les membres du public récapitulent entre eux la soirée : Mhyn a déjà gagné deux fois, suivie de Darla, Ian, Aratan et Gabrielle. Elron, Méréas, Sance peuvent encore arracher une ou deux victoires, pour Ranis c'est déjà cuit – mais il est le joueur le plus récent et n'avait guère eut le temps de montrer encore toute l'étendue de son talent. Sauf si par le plus grand des hasards une égalité devait survenir, l'un des trois au moins repartira les mains vides. Les calculs se font : Méréas et Elron ont eu une nomination supplémentaire que prévue, ce qui signifie que Ian et Méréas sont encore nominés deux fois, Elron et Sance une seulement. La tension monte, d'autant plus que les deux catégories suivantes sont peut-être les plus prestigieuses... Le ton monte aussi, donnant un indice précis du degré d'agitation de la foule. Il fallait bien le charme de Corail au bras de son imposant mari pour calmer les décibels.

La reine, toujours vêtue de rouge, a changé de robe, mais pas de bandeau, tandis que Dalt affiche sa tête des mauvais jours. Il dépasse sa femme de deux têtes, et de trois épaules. Inconsciemment s'impose à tous l'image d'un lion dévorant, dans la tranquille chaleur africaine, la chair tendre d'une gazelle.






Ils avancent tous deux, la belle au bras de celui que nul, sauf peut-être Rinaldo, n'oserait appeler la Bête. Le pupitre paraît soudain semblable aux jouets des enfants, on se demande comment il est possible qu'Aratan ait eu besoin d'un escabeau pour atteindre le micro bien trop petit pour le nouveau présentateur qui semble devoir se tordre comme un scoubidou pour l'atteindre.

- Bonsoir ! Nous voici, Corail et moi, ici pour vous présenter la septième catégorie des Ambre Awards seconde édition.

-Celle de l'action la plus héroïque : celle qui allie force physique et force morale, tel Hercule devant aller chercher Cerbère aux Enfers. Ne reculant devant aucun danger, il avance pour apporter du bien à la communauté, ou en quête d'une vérité supérieure.

- Dans cette catégorie, trois nominés seulement. Sans doute aurait-on pu sélectionner pratiquement chacun des personnages, qui sont réellement des héros dans la pleine acceptation du terme. Mais certains ont commis des actions plus héroïques que d'autres, des actions qui ont réclamé un réel sacrifice, ou une endurance particulière, pour laquelle ils ont dû se dépasser. Et des actions comme ça, il y en a peu, finalement. Tout le monde n'a pas l'envergure d'un véritable héros, ou bien n'a pas eu l'occasion de se manifester en tant que tel.

- Tout à fait. Mais nous ne doutons pas que l'année prochaine sera tout aussi riche, sinon plus, en actes héroïques. En attendant, voici les nominations en image.

Ian : Ainsi font font font...
(Post du 22 septembre 2009)

Résumé (approximatif, car n'a toujours pas tout suivi) des épisodes précédents : Ian, après avoir touché de la main une pierre mystérieuse, se retrouve démuni de toute conscience, contaminé par un étrange poison psychique. Saccageant sa propre ombre, il en vient à commander des troupes que ses amis affrontent. La seule solution pour retrouver le contrôle total de son corps et de son esprit est de sacrifier une part de lui-même. Quel être saurait faire ça ? Quel héros saurait sacrifier son intégrité physique pour préserver son intégrité morale ? La réponse en quelques lignes claires, précises et efficaces.

S'il meurt, se sera entièrement la faute de Ian, et le détenteur du sceptre hors-combat, il ne peut plus espérer d'autre issue... Il élève son sabre haut au dessus de sa tête, avant bras à la main noircie devant lui, poing fermé et paume vers le ciel. Il ne sais si quiconque l'entendra...

"Si je retourne du coté sombre, merci d'avoir essayé..."

Son bras gauche ne tremble pas quand il s'abat pour trancher d'un seul geste sa main droite.


Elron : le courage du cœur
(Posts du 29 octobre 2009 et sequitur)

Résumé des épisodes précédents : Quel peut être le courage pour un paladin ? Tuer des démons, protéger des amis, ces actes que l'ont dit héroïques sont pour lui l'ordinaire de chaque jour. Mais quand, pour sauver tout un peuple, le paladin en question doit trouver une arme qui est dans les mains d'un autre paladin, alors le dilemme est difficile à résoudre. Entre intérêts personnels et intérêts généraux, le paladin doit choisir héroïquement, véritable héros Cornélien...

Lorsque Elron aperçoit l'homme sortir de la belle demeure, il le salue de la tête et il s'approche de lui... Sa démarche ne démontre aucune hostilité.

Un fois proche de lui, il s'adresse d'une manière des plus courtoises...

"Messire, bien le bon jour... Vous devez être le chevalier Riveda de Glorfindel... Je ne sais pas ce qu'il se passe ici, mais il doit y avoir un malentendu ou erreur sur la personne ... La vieille Margaux m'affuble d'un nom qui n'est pas le mien... Pourriez-vous me dire ce qu'il en retourne exactement?"

* Restons tout de même sur mes gardes... J'ai bien l'impression que ma venue était destinée .... Ce foutu destin qui me poursuit dans tous les coins du multivers... *

[...]

"J'attendais votre venue Arroltan, mais ne connais pas la raison pour laquelle le Soleil vous envoie me prendre Feältariel."

Riveda passe sa main sur la garde de son épée. Une caresse ou une menace ?

Elron regarde la main du chevalier qui se porte sur son épée et il observe ses mouvements prêt à réagir au quart de tour s'il venait à dégainer et à l'attaquer... Il ne voudrait même dans ce cas pas lui faire de mal... Mais seulement le désarmer ou au pire parer ses coups.

Malgré tout, Elron garde son calme et lui parle poliment, respectant sa sagesse, ses paroles réconfortantes et sa noblesse... Qui pour sa part ressurgit de son calme.

"Chevalier, je suis donc à votre disposition pour répondre à toutes vos questions et j'y répondrai franchement. Je viens en effet chercher Feältariel. Je vais devoir protéger les enfants du soleil et les conduire dans la cité céleste où ils pourront faire renaître sa puissance. Plusieurs ennemis vont se mettre en travers de leur route voire même des démons... C'est pourquoi j'ai besoin de l'aide de Feältariel pour en venir à bout."

Riveda lui semble reconnaissant de sa franchise.

"Je comprends vos besoins et respecte votre quête, mais Feältariel ne peut être le vecteur de votre combat. Elle fut forgée pour ma main et participe à la défense de Radiance par mon bras.

Je vous enjoins donc avec respect d'aller quérir un autre objet pour asseoir votre mission. Peut-être les nains pourront-ils vous forger une arme répondant à vos besoins.

Un chevalier qui lutte pour le bien n'a pas à prendre à autrui ce que des années d'une quête personnelle peuvent lui apporter."

Toujours avec autant de respect pour ses paroles, Elron répond...

"J'espérais que cette arme ne vous appartienne pas, mai il n'en est malheureusement pas le cas. Je ne peux répondre à votre requête sans avoir vu Feältariel. Me permettez vous que je la voie de plus près et surtout sa garde afin d'être certain que c'est bien elle que je recherche... Je ne choisis pas l'une ou l'autre arme selon ma volonté... C'est ma foi qui me mène à elle. Et cela fait longtemps que je parcours différents mondes pour la trouver..."

Après un instant de réflexion...

"Si vous êtes au courant de ma venue, puis-je également savoir qui vous a informé de celle-ci?"

[Elron observe l'épée de Riveda tandis que ce dernier répond :]

"Des prophéties annoncent votre venue..."

Il range son épée dans son fourreau dont la pierre centrale semble à nouveau s'éclairer.

"C'est en effet l'arme que mon voyage m'a amené à trouver", répond Elron.

Elron soupire, signifiant la souffrance que sa tâche l'oblige à effectuer et le mal qu'il a à l'effectuer... Comme s'il s'infligeait une blessure à chaque fois que sa décision va à l'encontre de la survie d'un autre...

Son ton est toujours enclin à la paix... Mais est accompagné d'une résignation... Toujours devoir voyager dans le sens du destin...

"Il n'y a rien de pire pour quelqu'un de devoir enlever à un autre la seule chose qui lui permettra de survivre... Pouvez-vous me dire ce que vos prophéties annoncent et surtout qui a insuffler l'idée de ces prophéties? Je pourrai alors vous éclairer plus en détail de ma mission... Et à nouveau vous prier de me remettre Feältariel pour la sauvegarde de votre monde et de milliers d'autres..."

Riveda semble tout aussi désolé.

"La prophétie fût prononcée lorsque ma soeur, Iridal, la Dame de Radiance, a forgée et enchantée l'arme qu'elle me destinait. Le mithril du Prime et l’acier vert Baatorien nécessitent l'usage de la prédiction lorsqu'ils sont liés...

J'ai cependant peur que votre mission ne puisse me délier de la mienne. Radiance et les plans qui s'y ratachent doivent être purgés des monstres et démons qui menacent les peuples de la lumière de Radiance. Sans Feältariel, ou quelqu'un pour la manier, nul ne sait ce qu'il adviendra de Radiance et de ses défenseurs."

[...]
Elron prend un air plus grave et il s'adresse à lui toujours sans l'agresser...

" En effet nul ne sait ce qu'arrivera à Radiance... Mais votre mission et la mienne sont liées... Je parle bien sûr de la protection de Radiance et de ses peuples ... Et des milliers d'autres peuple sous l'influence du soleil qui tient les plans en vie... Énergie sans laquelle des milliers de mondes sombreraient dans le néant... y compris Radiance...

J'ai traversé de mes pas la source de l'énergie fondatrice des plans de Radiance... Le soleil m'a hébergé et protégé comme son fils et m'a transmis tous les pouvoirs qu'il détient, entre autre celui de traverser les plans et de les faire fluctuer selon ma volonté. Et tout cela pour une seule raison... Défendre l'énergie créatrice du soleil qui tient tous les mondes sous son influence en vie... Je dois rassembler son peuple car l'existence du soleil est maintenant menacée par ceux là même qui ont essayé de le détruire il y a des millénaires. Si le soleil est détruit, tous les mondes sous sa tutelle sombreront dans un abysse qui dévore tout... Vous ne pourrez rien y faire et vous disparaîtrez et tout ce qui vous entoure au moment même ou le soleil sera détruit.

J'ai vu ce que les ennemis du soleil sont capables de faire grâce à une vision que le soleil m'a permis d'entrevoir... J'ai vu des milliers d'hommes, femmes et enfants mourir en quelques secondes, rongé par la colère des ennemis du soleil... Je les ai vu étouffer par manque d'air et brûler vif ... Et je ne veux plus que cela se reproduise .... Plus jamais... "

Un moment de pause...

"Je dois protéger le soleil afin que Radiance et tous les mondes sous la tutelle du soleil ne meurent de telles souffrances... C'est pourquoi.."

Il met un genou à terre...

"Je vous implore de me remettre Feältariel afin que je puisse ramener le peuple du soleil en lieu sûr et protéger le soleil de la destruction."

Riveda répond :

"Relevez-vous, cela ne peut rien apporter à votre cause. Je respecte votre lutte, mais je ne peux me défaire de mon voeux de défendre Radiance jusqu'à la mort, Feältariel à la main. C'est à cette condition qu'elle fut bénie. Il n'y a d'autre choix pour vous que de l'accepter et revenir dans de nombreuses années pour ouvrir mon tombeau, comme peut être comprise la prophétie, ou de me défaire dans un combat à mort."

Comme s'il lisait dans les pensées d'Elron, imaginant de prendre l'épée sans aller jusqu'à tuer son propriétaire, il ajoute.

"Si je me voyais dépossédé de Feältariel sans pour autant avoir rejoins mes ancêtres, je n'aurai de cesse de traquer son voleur jusqu'au bout des mondes s'il le faut."

La tension est palpable chez les villageois, plus que chez le Paladin qui n'est que droiture et franchise.

Elron se relève, son visage n'exprime rien.

"Je vous l'ai déjà demandé et je vous le redemande car vous ne m'avez pas répondu. Pouvez-vous me dire ce que dit exactement la prophétie?"

Il parle comme il récite.

"Un Solar descendra de son Temple dans le ciel,
Il trouvera le Porteur dans la ville qu'il a fait belle,
Il est Arroltan et contraint provoque le Duel,
Hors de Radiance pour longtemps partira Feältariel,
Le porteur périra c'est écrit, c'est naturel,
Miridal dans une autre main renaîtra face au Soleil."

* Pourquoi dois-je toujours aller à l'encontre de ma propre nature...

Elron baisse la tête et souffle de regret... Il hoche la tête de la négative...

Ensuite il relève la tête et regarde le chevalier qui se trouve devant lui.

"Très bien... J'ai peine à prononcer ces mots sachez-le, et j'aurais préféré que cela se passe autrement.

Chevalier Riveda de Glorfindel, tel l'a prédit votre sœur, la Dame de Radiance, je vous défie en duel! Le gagnant du duel aura le droit de porter et utiliser Feältariel."


Saiseï : Attention ça brûle !
(Posts du 19 Novembre 2010 et sequitur)

Résumé des épisodes précédents : Saisei est perdue. Quelque chose en elle a changé, sans qu'elle ne puisse dire quoi. Alors elle cherche. Elle trouve en chemin un ami, mais pas de réponse. Comme Œdipe attend Tirésias, Saisei finit par trouver la marelle, et pour les deux héros la réponse se trouve dans la souffrance. Voyez plutôt :

A nouveau, Saisei concentre l'énergie de la Marelle en parcourant son chemin mentalement, visant cette fois à directement accumuler l'énergie en un endroit spécifique d'elle-même et effectuer une purge.

Lorsqu'elle ouvre les yeux devant la psyché qui la découvre entièrement, elle se voit nimbée de cette énergie blanc-bleu que Grégor a découverte. Elle pulse de la même manière que lorsqu'elle a appris à englober la Marelle sous les conseils de Corail.

Sa main gauche, qui comprend la concentration d'énergie la plus forte, est comme en feu, tant l'énergie est importante. Sous ce feu bleu, sa main est encore visible, mais comme soumise à une compression puis dépression continue, gonflant et se contractant comme un cœur en activité. Sa peau semble s'éclaircir, puis se foncer, tes doigts s'allonger puis se réduire, grossir et s'affiner. Cela donne presque comme si deux images essayaient de se superposer, luttant l'une contre l'autre.

Elle comprend mieux la peur de Grégor et sa réaction. D'autant que si dans un premier temps cet effet est indolore, il n'en est plus rien une poignée de secondes plus tard. Sa main devient douloureuse, surtout au niveau du poignet, en dehors de la limite du feu bleu. Elle sent le sang dans son corps comme s'enflammer là où son cœur le pousse vers sa main.

Ses choix sont restreints. Répartir l'énergie dans son corps pour arrêter de le concentrer et ainsi le dissiper normalement ; libérer au plus vite l'énergie contre un objet en le réduisant à néant comme l'a fait Grégor ; poursuivre dans la douleur en réclamant toute son endurance et psyché, peut-être vers l'explosion de sa main, au moins, qui serait alors irrémédiablement détruite.

Abandonner ou mourir. Le choix est aussi simple que cela.
Elle a l'impression étrange d'avoir toujours fuit les difficultés et cela ne lui ressemble pas. Mais encore une fois sa volonté va pour s'effondrer et elle se refuse de tenter l'irréparable.
Elle va pour dissiper l'énergie normalement sans rien détruire quant une petite voix lui dit de ne pas abandonner.
Elle l'entend aussi clairement qu'un nourrisson entend la voix de sa mère pour la première fois. La douleur est forte mais pour le moment supportable.
La conclusion destructrice n'est en soit qu'une supposition, tout comme traverser la Marelle. Le moindre faux pas et c'est la mort. Idem ici.

*N'abandonne pas.*

Elle a franchi la Marelle, elle franchira son corps.

Elle concentre son esprit et assois son corps. Elle est Saisei, fille de Dalt, Princesse d'Ambre, et elle ne sera rien si elle ne réussit pas. Osera-t-elle se présenter devant son père, son oncle, Corail si elle ne peut se défaire d'un problème aussi simple ?

*N'abandonne pas.*

Elle s'attend à connaître une épreuve aussi terrible que la Marelle. De toute façon c'est ça ou la franchir, le danger est quasi le même. Encore une hésitation.

*N'abandonne pas.*

Mais la peur des difficultés à surmonter si jamais elle lâchait, la peur de ne jamais connaître la vérité, la peur d'être à jamais l'esclave de quelqu'un ou quelque chose lui font abandonner ... ses derniers doutes.
Sur le miroir avec son doigt elle commence à tracer une Marelle, l'énergie brûle le verre aussi facilement que du papier. Ce n'est pas la première fois qu'elle a recours à ce stratagème pour focaliser son esprit.
Elle ne s'en souvenait simplement plus. Peu importe que le dessin soit magique ou non, elle laisse son inspiration la guider puis elle s'aide de cette représentation visuelle afin de garder son âme et sa chair intactes alors qu'elle guide le feu purificateur à l'intérieur d'elle.

Elle lance un appel à l'aide en son âme. Elle veut savoir.

Elle garde l'énergie en elle et essaie de garder le contrôle, rester consciente alors que la douleur se fait forte sur son poignet. Sa main n'explose pas, se stabilisant tout en étant différente, plus grande, moins fine. La sueur qui coule sur son visage lui brûle les yeux lorsqu'elle coule dans ces derniers, comme un jus de citron. Elle plisses les yeux en réaction, tentant de contrer la douleur et garder son esprit concentré.

Elle déplace l'énergie vers son bras et la douleur dans son poignet faiblit à mesure qu'une nouvelle apparaît dans son coude, puis en remontant, sur son épaule.

Appuyée d'un bras sur la psyché, bloquée en position verticale, elle remonte cette énergie vers son omoplate, tandis qu'elle dessine toujours en aveugle le tracé de la Marelle sur la surface froide. Elle sent sous ses doigts l'humidité sur le miroir, la chaleur humide qu'elle dégage est désormais aussi perceptible autour d'elle. Les yeux fermés, elle entend les gouttes perlant de tout son visage tomber sur le sol latté.

Sa main gauche lui semble engourdie, mais entière, alors qu'elle déplace la Marelle dans son torse. Sa respiration se fait plus lente, plus difficile, et elle inspire et expire avec douleur. Le sang bat à ses tempes et son estomac se tord. Elle aimerait tout arrêter, vomir et prendre un bain froid, mais c'est trop tard, elle le sait, elle le sent. Il n'y a plus de retour en arrière, il faut poursuivre ou périr. Si elle ne périt pas en poursuivant...

Son cou la brûle, elle se sent comme écartelée dans ses membres, excepté le bras gauche, dont la douleur est désormais disparue, comme anesthésiée. Est-ce un espoir ? L'annonce que derrière la douleur il y a la paix ? une paix finie ou infinie ?

Un instant, elle hésite, part-elle vers le bras droit, la tête ou une des jambes ? Elle a peur de perdre le contrôle de son esprit et son bras l'aide à se concentrer, elle déplace donc la Marelle qui est en elle vers sa jambe gauche, voyant rapidement son genoux tirer sur son articulation. il se bloque, se débloque et elle subit des soubresauts alors qu'elle hurlerait bien tant son pied la fait souffrir à mesure que l'énergie se dirige vers lui.

Dans sa bouche, la sueur qui y rentre, alors qu'elle respire toujours avec douleur, la fait tousser autant que cracher. Un goût de sang est dans sa bouche. Est-ce l'effet de sa toux, indiquant un état de délabrement de ses poumons en feu ou le sang est-il partout sur son visage ? Elle voudrait jeter un œil et tente d'en ouvrir un, mais le liquide sur ses cils pénètre sur ton globe et pour la première fois elle crie. Un cri rapide, car elle manque d'air, mais un cri qui manque de lui faire perdre sa concentration.

Sa main droite bouge frénétiquement, tentant de l'empêcher de flancher, de rester sur son travail.

Son pied ne la fait plus souffrir, l'énergie est en lui, mais elle semble déstabilisée, de biais, comme si sa jambe ne la portait plus de la même manière. Elle est molle et Saisei remonte sans plus de douleur l'énergie vers son torse pour attaquer la jambe droite.

Les mêmes douleurs au genou, mais cette fois, elle ne peut appuyer son poids sur l'autre jambe et son genou droit craque, la faisant tomber au sol dans un fracas de verre cassé. Sa main perd la surface de la psyché, mais qu'à cela ne tienne, elle poursuit sur les lattes. Il lui semble que ses bras et jambes ont une position anormale. A-t-elle subit des mutations ? Ressemble-t-elle désormais à un quelconque monstre, poilu, vert, aux membres flasques ? Que lui a fait ce chaosien, cet Aratan ? Car dans son esprit, ce ne peut être que lui !

Si elle le pouvait, elle prendrait un atout, de n'importe qui, et le contacterait, demanderait de l'aide, hurlerait ta douleur. Mais elle est seule, désespérée et forcée d'aller jusqu'au bout.

On frappe à la porte alors que sa jambe ne la fait plus souffrir, l'énergie l'a parcourue en entier sur son impulsion. Elle entend la voix d'une infirmière s'inquiéter d'elle, mais elle n'a pas de souffle pour lui répondre, la rassurer ou la quérir. Que pourrait-elle d'ailleurs ? Qui sait si en la voyant au sol elle ne hurlerait pas, réclamerait l'épée d'un garde pour abréger ses souffrances, car elle souffres, c'est indéniable.

Qu'elle se débrouille, elle doit poursuivre et remonte la Marelle à son bras droit. La douleur à son épaule est intense et elle a l'impression que la Marelle en elle passe du baume sur celle-ci lorsqu'elle se déplace sur son biceps. Le coude s'enflamme de l'intérieur, puis sa main est incapable de réagir à sa pensée fixée sur la Marelle, son dessin continu depuis... combien de temps ?... s'arrête et elle ne compte plus que sur ce qu'il lui reste d'énergie, de force mentale et d'endurance. Si elle meurt, ce sera en étant allée au bout d'elle-même.

Elle est amorphe, une flaque sur le sol, alors que des coups répétés se font entendre sur la porte, mais trop loin pour qu'elle puisse s'en occuper. Son esprit essaie de rester tendu, sa respiration semble presque inutile, car elle ne lui oxygène plus l'esprit. Elle te fait l'effet d'un poisson hors de l'eau, ouvrant la bouche pour chercher une chose qui n'existe plus.

L'énergie qui coule dans son corps, un peu dissoute par l'inaction de sa main désormais molle, se rassemble sur sa dernière volonté. On crie son nom dehors, l'invite à au moins répondre. Elle entend qu'on envoie quelqu'un chercher Grégor, mais ce sera inutile, trop tard cher ami, trop tard pour les reproches. Elle ne l'a pas écouté, elle aurait dû, elle le regrette.

Lorsque le vin est tiré, il faut le boire et dans une douleur intense, elle amène la Marelle, qu'elle voit comme une lumière au bout du tunnel, jusqu'à sa tête. Son cou, sa bouche, ses yeux semblent exploser en une douleur détonante lui tirant un cri inaudible, sans air pour le propager. Un râle ultime, l'absence de douleur, le mot fin va s'inscrire sur le rideau et personne ne peut applaudir dans la salle.

La lumière est là, aux portes de son esprit et celui-ci s'enflamme en un feu d'artifice ultime alors que la porte explose dans son dos et qu'elle entend la voix de Grégor lâcher un "Bonne Licorne !"

La lumière s'éteint comme s'éteint Saiseï, un son continu semblant résonner dans une réminiscence de ses oreilles. Tuuuuuuuuuut...

La lumière semble mettre un peu plus de temps que d'habitude pour s'allumer, ou bien sont-ce les yeux de chacun des spectateurs qui ont du mal à chasser les images qui viennent de défiler ? Trois actes d'héroïsme différents, de natures différentes et d'objectifs différents, trois actes finalement violents, que ce soit physiquement ou mentalement. Jamais le silence n'a été si lourd ni si intense dans la salle dorée.

C'est la voix douce de Corail qui le rompt.


-.Bien. Voilà une catégorie qui nous offre son lot d'émotions. Les décisions vont sans doute être difficiles à prendre pour nos votants.

- Mais si ce sont des hommes, ils le feront !

Du premier rang se met à voler une boîte à MP qui n'aurait pas manqué le front de Dalt si celui-ci ne l'avait esquivé de justesse. Il le renvoie à Darla de la même manière, intercepté par la main de la chaosienne.

Stupeur.

Encore une fois c'est Corail, impeccable, qui relance le sujet :


- A vos votes ! Musique !

_________________
"Qui triomphe des autres est fort
Qui triomphe de lui-même possède la force"
Lao Tseu
avatar
Darla
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1868
Date d'inscription : 19/07/2008
Age : 34
Localisation : Senlis

Feuille de personnage
Nombre de Points:
167/181  (167/181)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Darla le Mer 26 Jan - 8:39

Avec un temps record la musique s'arrête, et le mécanisme qui fait sortir l'huissier de sa boîte s'active. La septième enveloppe est proposée aux regards du public, saisie par les doigts délicats de Corail, ouverte...

- Et le gagnant de l'award de l'action la plus héroïque...

- Est décerné à.. Ian ! Félicitations !

- Félicitations
, sourit Corail.

_________________
"Qui triomphe des autres est fort
Qui triomphe de lui-même possède la force"
Lao Tseu
avatar
Darla
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1868
Date d'inscription : 19/07/2008
Age : 34
Localisation : Senlis

Feuille de personnage
Nombre de Points:
167/181  (167/181)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Ian le Mer 26 Jan - 9:44

Je lève deux poings au ciel en exultant, puis me lève, tapant dans la main de Tuvok suivi d'une combinaison secrète de hand shakes se terminant par nos indexs se pointant l'un l'autre comme des revolvers, puis gratifiant le MJ d'un salut militaire factice tout en montant sur l'estrade.

Je mime quelques échanges de boxe avec l'armoire à glace qu'est Dalt dans une moquerie de gestuelle sur lequel d'aucun metterait l'étiquette "même pas peur", -de circonstance pour le prix d'héroisme-, puis embrasse Corail avant de récupérer la récompense de ses mains.

Je me passe une main métallique dans les cheveux, gonflant les joues.


"Alors là, WOW! Merci!... Vraiment!

Que dire de plus? J'étais déjà aux nues avec une récompense mais alors maintenant, deux?"


Je désigne du menton le MJ, Elron et Méréas,

"Je remercie tout particulièrement le MJ et les deux compères des premiers jours, sans qui cette scène n'aurait pu avoir lieu."

Puis je pointe Tuvok du doigt, appuyé d'un clin d'oeil.

"Sans oublier l'ami Tuvok! Même si les rumeurs disent qu'il a souffert d'un terrible changement de personnalité, il est clair qu'il est de retour et en pleine forme! Qui sait, c'est peut-être toi qui soulèvera ce trophée à la prochaine édition!"

Je termine le tout en lançant un baiser à toute la salle, puis levant une dernière fois la récompense, regagne mon fauteuil pour attaquer la deuxième bouteille 'Clos de Trehoren, Cuvée Spéciale'
avatar
Ian
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1195
Date d'inscription : 05/11/2008

Feuille de personnage
Nombre de Points:
145/174  (145/174)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Darla le Mer 26 Jan - 13:53

Alors que Ian retourne à son siège, le couple royal quitte la scène qui reste vide quelques instants. C'est le tour de la dernière catégorie, qui promet d'être aussi de très haut niveau. Aussi les prochains présentateurs sont-ils fort attendus.

Ils font leur entrée enfin, un homme et une femme pénétrant sur scène depuis les deux extrémités, les halos lumineux les révélant aux yeux du public.

La femme, magnifique, les yeux pers brillant sur le mat de sa peau, est coiffée d'un chignon élaboré et élégant, sa longue robe noire satinée laisse ses délicates épaules dénudées. Le tout crée un ensemble de simple sophistication inimitable.


L'homme, quant à lui, est vêtu d'un costume classique et a laissé ses cheveux mi-longs tomber le long de son visage. Il a l'air moins serein que la femme qu'il rejoint au pupitre, son regard révélant une intelligence soucieuse et tourmentée de lourds secrets.


Si Sance reconnaît tout de suite ces deux personnes qui lui sont familières, le reste du public reste perplexe à leur apparition. Seuls quelques très anciens d'Ambre semblent les reconnaître, et semblent surpris.

La jeune femme prend la parole dans un silence perplexe.


- Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, bonsoir.

Elle pose un sourire, marque un silence.

- J'ai comme l'impression que notre arrivée sur scène en surprend plus d'un, ma chère Sand.

- Il faut dire, Delwin, que cela faisait longtemps que l'on nous croyait morts ou, depuis peu, enfermés dans un monde parallèle que les aventures de Sance avait permis de découvrir. Mais cela n'est pas le cas. Nous jouons toujours dans l'ombre, et ce soir nous avons nous aussi droit à un peu plus de lumière.

- Ce qui est à la fois une joie et un honneur puisque la catégorie que nous avons à présenter est la dernière : celle du meilleur retournement de situation.

- Quel est celui qui aura été le plus surprenant mais aussi le plus important dans l'intrigue ? Celui qui aura suscité la stupeur et la réflexion, celle qui se fait demander « quoi, comment est-ce possible ? » et « mais que va-t-il se passer désormais? »

– Voici les trois propositions de nominations pour cette ultime catégorie.

La lumière s'éteint pour la huitième fois, l'écran s'allume...

Sance : Le dilemme
(Post du 3 février 2010)

Résumé des épisodes précédents : Fils de Delwin, Sance est depuis toujours écarté d'Ambre, pourtant la ville de ses origines. Lorsque les évènements l'amène à rejoindre un des pôles du multivers, la déception est rude : mise en quarantaine, entrevue des plus désagréables avec le roi... Pour autant, Ambre ne reste-t-elle pas la cité de l'Ordre, de la Marelle ? La cité unique qui est le joyau des enfants de Corwin ? Aussi, lorsque Delwin fait part à son fils d'une prophétie dans laquelle son fils à un rôle à jouer, une prophétie dans laquelle le pacifiste Sance doit se prononcer pour ou contre la cité de la Marelle, la réponse est d'importance...

Nibodh étudie avec attention les deux visages creusés dans le bois, leurs yeux bienveillants, et leurs lèvres plissées dans un sourire abstrait, éthéré.

"Ils sont tous les deux très réussis, Sansatman..." répond le prêtre, toujours impassible. "Le profane ne saurait distinguer où vont tes préférences. Et d'ailleurs, tu as toujours essayé de les garder tous deux à égale distance...”

...

Dworkin en transe, traçant la Marelle de son sang, alors que l’Univers refusait le changement et se liguait contre lui... Brand, tout entier adonné à l’ivresse folle de l’atout vivant, prêt à mener le monde à sa perte pour en créer un nouveau...

Les artistes sont-ils toujours des fous, capables de penser l'impensable, et même de le commettre ? Ils n'ont pas peur de façonner le monde à leur image, pour le meilleur et pour le pire, confiants qu'ils sont dans leurs capacités à créer, par la seule force de leur art, face à tous ceux qui s’élèvent contre eux. Famille, amis, amours, rien ne les a arrêtés.

Ont-ils raison, ont-ils tort ? Dworkin a réussi, Brand a échoué. L’Histoire d’Ambre a fait de l’un un sage, et de l’autre un fou. Dans la chaîne infinie des circonstances, il eût suffi d’un si faible hasard pour que l’inverse se produisît...

Et lui, Sance, Sansatman, Zantche d'Elyons, ambassadeur, prophète, marchand, artiste, fils de Delwin et d’Isleen, prince d’Ambre chassé par le Chaos, prêt à revenir chez ses parents, que est-il ?

Un sage ? Un fou ?

...

Nibodh se tourne vers lui, toujours dressé entre les deux effigies. En dépit de ses traits immobiles, Sance voit luire dans son regard une certaine tension. A-t-il peur de ce qu’il va lui annoncer ?

“Je ne suis pas un profane. Je te connais trop bien Sansatman, pour ne pas savoir qu’à défaut du Créateur, celui que tu réussis le mieux, celui que tu préfères...”

Le bras de Nibodh se lève, et sa main inéluctable, désigne le visage d’où émane la plus grande sérénité.

“... c’est lui.”

Sance baisse la tête et acquiesce silencieusement.

“Avais-tu besoin de moi pour le savoir, Sansatman ?”

...

Face à son père, Sance regarde sa main, cette main souple et puissante, qui n’a cessé de dessiner, de peindre, de sculpter depuis son enfance. Il y a si longtemps...

La main qui a tenu l’encens et l’ostensoir pendant des décennies, répétant inlassablement la liturgie dans le temple de Vishan.

La main qui a signé tant d’accords et de promesses pour le compte du prince de Hofberg, toujours soucieux de maintenir l’équilibre entre les combattants.

La main qui a soigné les blessures et les maladies dans des hospices, pour alléger un peu la peine des pauvres, réunis par centaines.

...

Il n’a jamais connu Ambre avant aujourd’hui. Quand il la découvre, il la trouve ravagée, en proie à la destruction. Et dans cette Ambre affaiblie, il n'est qu’un prince de deuxième zone, qu’on traite de façon distante, soupçonneuse.

...

Enfiévré et souffrant, il a détruit de cette main un miroir qui avait été sa prison en le plongeant dans les flammes.

Dévasté de douleur, il a allumé de cette main le brasier funéraire d’un amour qu'il savait condamné.

Enragé contre lui-même, il a brûlé de cette main tant d’esquisses, tant de portraits, insatisfait de son art.

...

Les yeux doux de sa mère posés sur ses dessins d’enfant.

La lèvre crispée de son père quand adolescent, il évoque Ambre.

Le rire pur de Darla alors qu'il l’enlace avec volupté.

Le front plissé de Random lorsqu'il prononce son nom.

....

Sance le sage, Sance le raisonnable, Sance le prévisible.

Sance l’artiste d’atouts.

Dworkin. Brand. Sance.

...

“Puisqu’il faut choisir, Père, puisque je suis votre fils et que la neutralité m’est refusée...

...

Il relève la tête et les trois visages de Vishan le contemplent. Et il regarde le plus assuré, le plus serein, celui désigné par Nibodh, avec l’appréhension que lui inspirent les présages.

Bras levé, poing serré, Vishan le Destructeur lui sourit.

...

... je détruirai Ambre.”

...

Random avait raison.

...

Car pour que le Créateur puisse agir, il faut d'abord que le Destructeur ait fait son œuvre.


Ian : Entre terre et ciel
(Posts du 3 août 2010 et sequitur)

Résumé des épisodes précédents : Ian, pour se décontaminer de l'étrange épidémie qui s'est emparée d'Ambre et de lui, décide de traverser la marelle. La première tentative étant un échec, Fiona emmène son neveu sur la Marelle Primale. Traverser la marelle est une épreuve qui n'est jamais facile, qui demande une sacrée bonne dose d'endurance et de volonté de manière générale. Mais certains relèvent de la torture morale, et aboutissent de façon très surprenante... En l'occurrence, il « croise » d'abord Hayase malade, puis Méréas mort. Voici la suite :

La balançoire change d'équilibrage, faisant descendre Dworkin, alors que Ian approche de plus en plus de celle-ci. Il est clair qu'il ne peut mettre un pied sur la pierre noire pulsant sur la ligne, il lui faudra donc passer une jambe au-dessus de la balançoire pour atteindre la ligne un pas plus loin. Mais il ne passera un pied que si la poutre est descendue du même côté, sinon, c'est l'accident assuré.

Le passage de son pied ne pourra qu'appuyer la position de l'un ou de l'autre des deux personnes assises. Sera-ce le gauche, appuyant Dworkin ou le droit, appuyant Méréas ? Il a encore assez de pas pour faire son choix avant d'être face à l'objet.

Dworkin caresse le dragon d'or sur son épaule.

"Il faut parfois se laisser aller au lieu de lutter, mon enfant. Tu luttes seul, tu te sens abandonné et tu as sans doute raison, aussi, accepte d'être guidé et nous te fournirons la lumière dans la nuit que tu cherches.

Sois notre bras armé, un chevalier à l'allure noble, qui n'aura plus à combattre seul et dont l'avenir sera tout tracé."

La balançoire redescend, se stabilisant au centre.

Le choix est désormais sien. Va-t-il pencher vers la facilité et la voie toute tracée, sur un chemin balisé pour devenir un homme éclairé par le savoir tel que proposé par Dworkin, ou opter pour la solution plus compliquée de la lutte, seul bien souvent, mais avec l'option de faire ses choix en son âme et conscience, avec ses peines et ses joies ?

La réponse à ce dilemme est loin de lui être évidente.

--un pas à droite--

D'un côté, garder son libre arbitre mais en rester, plus ou moins, au même point. De l'autre, trouver un guide dans ce foutoir, mais placer une autorité au dessus de lui.

--gauche--

Et puis lui, un chevalier à l'allure noble? Sait-on combien de veuves et d'orphelins il a fait? Et "notre" bras armé? Qui est ce "nous", exactement? Est-ce qu'il s'engage encore sur une autre piste, abandonnant les autres sans leur apporter de conclusion?

--droite--

Il vient pourtant de dire qu'il ira ramper devant ceux qui peuvent sauver Deïdre...

--pas gauche sur la balance, ramenant Dworkin au sol--

Qu'on lui dise comment faire...

Le dragonnet de Dworkin vient tourner près de sa tête alors qu'il passe de l'autre côté de la balançoire et sort du dernier voile.

Le plus dur est fait, le reste n'est plus que physique. Sueur et douleur.

Les étincelles se font flammes autour de lui, mais un feu bleu et blanc. Son corps souffre alors que sa vue se fait faible, la ligne toujours sous ses pas, si lents à se mouvoir dans cette mer de glaise.

Enfin, le dernier pas est réalisé et toute la résistance de la Marelle disparaît avec son feu, lui permettant de rejoindre le centre du dessin, exténué, mais vainqueur.

Haletant, il baisse la tête vers le sol, remarquant un habit sur son torse qu'il n'avait pas en commençant le voyage. Un surcot d'un blanc lumineux, avec un blason représentant une lance dont la partie pointue est torsadée comme l'appendice d'une licorne.

Haletant, il s'agenouille, puis finit par s'allonger carrément au sol. Il fait l'effort de lever sa tête dans une grimace, ses cheveux collés au front, tirant un peu le surcot sous ses yeux, puis sa tête retombe lourdement au sol.

"Et bah me v'là beau..."

Il ne sait pas combien de temps il reste ainsi à reprendre son souffle, mais il se relève enfin, à genou assis sur ses pieds, mains sur les cuisses, cherchant autour de lui Flora ou Nyx, le souffle encore un peu rauque.

Il voit Nyx et Flora en discussion à une dizaine de mètres de la Marelle avec quelqu'un qu'il voit de dos, avec ce qui ressemble à un oiseau doré sur l'épaule. Flora et l'inconnu sont à cheval et s'apprêtent visiblement à partir, faisant leurs adieux à Nyx. L'air lui manque encore pour envisager les appeler de manière efficace.

Ils se mettent en route au petit trot et l'inconnu se retourne une fois vers Nyx pour le saluer de la main. Il jette aussi un regard vers Ian et il est certain qu'il lui a fait un clin d'œil. Ce IL lui donne un frisson, car ce n'est nul autre que lui qui te salue en partant avec Flora.

Les paroles de Dworkin résonnent alors à tes oreilles.
"Sois notre bras armé, un chevalier à l'allure noble, qui n'aura plus à combattre seul et dont l'avenir sera tout tracé."

De fait, tu n'es plus seul.

Méréas : Retour d'entre les morts
(Post du 24 novembre 2010)

Résumé des épisodes précédents : Cela fait bien longtemps que tout le monde croyait Méréas tué par Saisei dans un recoin obscur des oubliettes du château des Cornouailles. Quand Saisei semble mourir (cf. catégorie précédente), tout le monde est bien triste pour le joueur qui vient de perdre coup sur coup deux personnages. A tort. Voyez plutôt :


Saisei voit la Marelle danser devant ses yeux, ses formes fluctuent au gré du vent. Elle voit des visages, Dalt, Rinaldo, Corail, Merlin, Kashan, Elron, Aratan, Syhn, Grégor. Tous s'estompent sauf un : Grégor.
Ami de la dernière heure, seul pour elle au moment fatidique.
*Tu m'avais prévenu et je ne t'ai pas écouté. Tant pis pour moi.*
Elle revoit Cornouaille, elle s'éloigne, son cœur se déchire. Ses portes sont désormais closes.
Elle n'entend plus son cœur, sa vue s'estompe, les ténèbres l'entourent.
Ses souvenirs remontent à la surface, ces souvenirs qu'elle a tant cherché sans jamais les trouver. C'est maintenant, à la fin, qu'ils lui sont dévoilés.
Mais ils ne sont pas siens.
Sa vie défile devant ses yeux, Grégor, sa quête, Cornouaille, Radiance, une tâche à accomplir. Des moments heureux, d'autres moins. Son apprentissage avec Corail, la naissance de son fils.
Puis ...
Non, elle ne veut pas souvenir de cela.

Le sang.

Une lame.

Elle s'enfonce et trouve son coeur, son cœur à elle. Elle est née quant il est mort.

Le néant.

Elle cherche, elle fouille, rien, aucun souvenir, aucune pensée. Est-elle morte ?

Oui.

Non, là, quelque chose, un autre souvenir, pas tout à fait, une porte.
Elle s'y précipite, elle ne devrait pas être là. Ouverte sur son âme, elle fut cependant fermée durant longtemps. Ses contours s'effacent tandis que la compulsion disparait.
Une deuxième puis une troisième.
Elle regarde ses mains, fantomatiques, elle disparait.
Elle n'ose comprendre.
Elle cherche du secours, elle crie, elle hurle, personne ne l'entend.

"Si moi."

Elle se retourne, il est là devant moi, pas vraiment beau mais sa silhouette nimbée de lumière lui donne une prestance, une présence qu'elle n'a rencontrée qu'une seule fois. La Marelle est en lui, elle la ressent comme si elle l'englobait.

"Tu es mort, je t'ai tué."

"Inutile, tu ne peux rien contre."

"Je ne veux pas mourir."

Il est serein, tranquille.

"Tu vivras tant que je vivrais."

"Cela ne se peut. Je t'ai tué."

"Crois -tu ? Regardes mieux."

Il tend la main, une fenêtre s'ouvre dans le néant. Elle voit une scène se dérouler comme dans un film. Elle est là débout transportant un sac de ma taille, Il est là, étendu, attaché sur une table en pierre.

Elle sort de mon sac ce qu'Il n'aurait jamais imaginé, Lui ! Un Méréas, en pleine vie, mais groggy, qu'elle tient par les aisselles pour le coller au mur. Il semble se réveiller d'un choc violent. Elle monte une sorte de table de torture en kit, composée de tout le matériel pour couper doigts et membres. Il a l'air hagard, comme ailleurs, son regard ne pouvant se détourner du montage consciencieux fait à un pas de lui. Lorsqu'il cherche à en comprendre le sens, se voir lui, attaché sur le lit de pierre lui fait perdre la tête. Est-il fou ?
Quand elle en a fini, il sent qu'il fait partie de la suite du plan et qu'il est temps de réagir. Mais elle ne lui en laisse pas le temps. D'un mot, elle lui court-circuite les neurones et ses membres se raidissent un instant, avant de retomber dans le vide, les muscles flasques, inertes. Il s'affale au sol. Un sourire mauvais sur les lèvres, elle s'adresse à Lui.

"Tu aurais dû parler tant qu'il en était encore temps, maintenant tu es mort. Sache que Dalt tient toujours ses promesses."

Elle plante un couteau rapidement dans le cœur de Méréas, l'accompagnant dans la mort d'une caresse sur ses cheveux.

"Là... Cela va aller... Ne t'en fais pas..."

Son cœur soubresaute deux fois, les deux dernières.
Elle ferme ses yeux, retire sa lame et l'essuie sur son sac désormais vide.

"Il me reste à prélever ton sang et découper ce corps en morceaux maintenant ."

Les yeux vitreux, Méréas n'est plus de ce monde.
Elle place un seau près de son bras et place sa lame sur sa peau.

"Essaie de ne pas bouger, j'ai besoin de beaucoup de sang et tu ne pourras déjà pas en fournir assez de manière normale, alors évite d'en gaspiller."

S'être vu mourir ainsi est une image qui restera marquée en Lui à tout jamais, quoi qu'il advienne désormais.
Elle entreprend désormais de placer les membres de son double sur l'appareil de découpe et entame son démembrement sous ses yeux éberlués.

Le film s'arrête.

"Je .. je ne me souviens pas de ça."

"Normal car cette Saisei n'est pas toi."

Elle ne comprend plus.

"Cette Saisei n'est autre qu'un métamorphe qui après cette boucherie prendra un malin plaisir à me transformer en toi et implanter tes souvenirs, ta personnalité ainsi que quelques compulsions dans mon esprit.
Tu es née à cette minute. Je suis mort à cette minute.
Mais tu le sais, tu l'as toujours su. Quelque chose ne tournait pas rond en toi. Et cette chose c'était moi.
J'étais là, emprisonné dans mon propre esprit, incapable de parler, incapable d'agir.
J'étais spectateur de ta vie, ton apprentissage, tes rencontres. Tu n'étais qu'un pantin mais un pantin qui avait soif de liberté.
Mais tu m'as libérée, sois en remerciée et pour cela je n'oublierai pas qui j'étais quant tu étais moi."

Ils entendent des voix lointaines.

Tuuuuuuut... "...égage !" ...Tuuut...TuTuuuut...TuTuuuut...TuTuuuut...

"...itres d'Amox... ...ous me le... ...ontrole constan..." TuTuuuut...TuTuuuut...TuTuuuut...

"...sement que nou... ...ordre il rest... ...antaine, jusqu'à ce..."

Elle a disparue, il se raccroche à la vie.

Une lumière apparaît.

Leurs yeux, ses yeux s'ouvrent.

Leurs oreilles, ses oreilles entendent une voix.

"Ne faites pas d'efforts. Vous n'êtes pas passée loin de votre fin. Vous auriez dû m'écouter."

Grégor...

Méréas ne peut s'asseoir, Grégor reste debout.

Il veut parler, je ne le peut. Maintenant qu'il pense avec son propre esprit physique, c'est trop compliqué, tellement moins simple. Comment lui expliquer ? Comment pourra-t-il comprendre ?

Méréas dort, peut-être enfin sereinement.


Le sourire de Sand se veut serein.

- Et voici, il vous faut voter pour la dernière fois.

- Musique !

Quelques notes se lancent, suivies d'un grésillement et d'un sifflement sur-aigû insupportable. Un bruit d'explosion. De la fumée sort d'une enceinte de manière assez inexplicable.

Il y a quelques instants de silence, puis la voix off qui depuis le début présente chaque extrait se fait entendre.


- Hum. Suite à un problème technique, le morceau de musique choisi ne pourra être diffusé pendant le vote. Nous mettons tout en œuvre pour réparer ce problème. Veuillez nous excuser de ce désagrément.

Un peu plus lointaine, une autre voix, plus connue, se fait entendre :

- Putain de budget ! Si seulement on avait eu plus d'argent, on...

Le son se coupe ici. Le sourire de Sand est un peu moins serein, plus sincère.

- Et bien vous voterez en silence, ça changera.

Un clin d'œil, les boîtes à MP s'activent pour la dernière fois de la soirée.


_________________
"Qui triomphe des autres est fort
Qui triomphe de lui-même possède la force"
Lao Tseu
avatar
Darla
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1868
Date d'inscription : 19/07/2008
Age : 34
Localisation : Senlis

Feuille de personnage
Nombre de Points:
167/181  (167/181)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Darla le Lun 31 Jan - 13:57

Cette fois-ci, la musique ne s'arrête pas, ce qui signale l'arrivée de la lettre c'est le léger bruit que fait le mécanisme qui permet l'ouverture du pupitre.

L'enveloppe sort...

C'est Delwin qui la saisit, Sand lisant sur son épaule.


- Et le vainqueur est...

- Sans vraiment grande surprise...

- Méréas !

_________________
"Qui triomphe des autres est fort
Qui triomphe de lui-même possède la force"
Lao Tseu
avatar
Darla
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1868
Date d'inscription : 19/07/2008
Age : 34
Localisation : Senlis

Feuille de personnage
Nombre de Points:
167/181  (167/181)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Méréas le Lun 31 Jan - 14:40

Yes !

Je me lève et vais directement vers le pupitre. C'est un homme confiant qui se présente devant le public, tout sourire.
Je saisis le trophée et le montre à l'assemblée avant de le reposer et commencer un petit discours sans nul doute déjà préparé :


"Merci. Merci. Merci.

Cette récompense n'est pas la mienne, mais la notre. J'inclue bien sur le MJ qui fut l'instigateur de cette idée.
Quant il m'a proposé le scénario, je dois avouer que je n'étais pas très chaud. Et puis avec le temps ce qui était un refus est devenu un grand oui avec une certaine passion.
Jouer une femme, être grimé en tant que Saisei fut pour moi l'une de mes plus enrichissantes expériences.
Merci aussi à Elron, Aratan et Sance pour leur jeu honnête vis à vis de Saisei.
Merci encore au MJ pour cette idée géniale et machiavelique qui a su surprendre tout le monde par son dénouement.
et Bravo aux autres candidats qui n'ont pas démérités."


Et je rejoins rapidement ma place avec mon trophée.
avatar
Méréas
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1380
Date d'inscription : 13/11/2008
Age : 43

Feuille de personnage
Nombre de Points:
203/213  (203/213)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Darla le Lun 7 Fév - 11:11

C'est Corail qui, avec sa première robe, revient sur le devant de la scène.

" Et voilà, il est temps de clôturer cette deuxième cérémonie des Ambre Awards. Rappelons les vainqueurs : Mhyn a gagné les awards du meilleur ami et de la meilleure astuce. Un autre a gagné deux awards : c'est Ian, avec celui de la scène la plus romantique et celui de l'acte le plus héroïque. Enfin, dans l'ordre, ont gagné : Darla, avec l'award de la meilleure scène d'action, Aratan avec celui du meilleur poignard dans le dos, Gabrielle avec celui du personnage le plus entêté et enfin Méréas avec le meilleur retournement de situation.

Félicitations à eux, mais félicitations aussi à Elron, Sance et Ranis qui n'ont rien emporté mais ont été nominés plusieurs fois eux aussi. J'ai une petite pensée aussi pour Tuvok, qui sera sans aucun doute nominé lors de la prochaine session. Rappelons, pour finir, que le succès tient autant au travail d'équipe qu'à celui de chacun séparément. Il doit surtout au Maitre de Jeu qui, s'il avait été nominé, aurait de toute manière remporté pratiquement tous les awards puisqu'il est présent derrière chacune de nos actions, chacune de nos situations. Il nous accule pour mieux nous pousser à nous surpasser. Et pour cela, disons-lui simplement : merci."


Elle fait une petite pause d'un sourire et d'un regard, et finit par conclure :

"Espérons que la troisième édition aura autant de bons moments à nous faire souvenir, mais cela n'est guère douteux.

Pour finir en beauté, nous vous proposons d'inviter une véritable artiste sur scène, pour nous faire pardonner des horribles chansons que certains d'entre vous ont peut-être pris la peine d'écouter. Une chanson épique et amusante en hommage aux rolistes, chantée par la si particulière et si talentueuse Juliette. Ensuite, si vous le souhaitez, vous pourrez marquer dans le livre d'or vos impressions et vos ressentis par rapport à la cérémonie : son déroulement, les catégories proposées ou tout simplement votre joie ou votre déception par rapport aux résultats. Cela pourrait servir aux prochains awards, ou vous permettre simplement de vous exprimer, en particulier pour ceux qui n'ont pas eu l'occasion de monter sur scène. Quoiqu'il en soit, je vous souhaite une bonne fin de soirée !"


Elle quitte la scène tandis que les musiciens se mettent en place. Cette fois-ci, personne ne crie "Musique" pour lancer la session musicale...


_________________
"Qui triomphe des autres est fort
Qui triomphe de lui-même possède la force"
Lao Tseu
avatar
Darla
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1868
Date d'inscription : 19/07/2008
Age : 34
Localisation : Senlis

Feuille de personnage
Nombre de Points:
167/181  (167/181)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Maitre de Jeu le Lun 7 Fév - 12:36

Les applaudissements ponctuent la sortie de l'organisatrice de la soirée, tandis que les lauréats sont pris en photo par la presse spécialisée. D'ici peu, leur compte en banque sera crédité de quelques XP de plus, tout comme celui de la talentueuse maîtresse de cérémonie.
avatar
Maitre de Jeu
Admin
Admin

Messages : 8271
Date d'inscription : 18/07/2008

Feuille de personnage
Nombre de Points:
10000000000/10000000000  (10000000000/10000000000)

Voir le profil de l'utilisateur http://ambre-belgique.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Aratan le Lun 7 Fév - 19:06

Subitamente, les applaudissements se font encore plus nourris !
avatar
Aratan
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1369
Date d'inscription : 05/08/2008
Age : 47

Feuille de personnage
Nombre de Points:
168/185  (168/185)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Deuxième cérémonie des Ambre Awards

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Ambre :: Hors-Jeu :: Flood

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum