Il sera une fois

Aller en bas

Il sera une fois

Message  Elron le Jeu 16 Fév - 1:24

Cela fait un petit temps que je ne suis plus venu lui rendre visite et ce temps m'a paru interminable. Je reviens d'un long périple dans les ombres adjacentes qui m'a permis de rassembler différents peuples sous une même bannière, et cela fait bien trop longtemps que je l'ai laissé seul avec sa "nounou".

Je rentre dans sa chambre un petit paquet à la main et regarde les décorations qui ont été rajoutées depuis ma dernière visite. Les étagères ont été complétées d'une nouvelle collection de petits soldats et il a maintenant un petit bureau sur lequel il a préparé des dessins car mon retour lui a été annoncé la veille. De nouveaux jouets, qu'il va certainement me faire découvrir avec hâte jonchent le sol.

Il est couché dans son nouveau lit qui fait place à son premier lit de nourrisson et qui annonce qu'il grandit trop vite. A mon arrivée, il a ouvert les yeux sortant d'un demi-sommeil. Maintenant, il est éveillé et me regarde, attendant que je m’approche avec ses petits yeux bleus et son sourire que je lui renvoie. Je m’approche de lui d’un pas sûr et me met à genou près de lui alors qu’il se remet assis sur son lit. Je le sers dans mes bras et il pose sa tête sur mon épaule tandis qu’il me chuchote dans l’oreille


« Tu me raconte une histoire ? ».

Après ce moment de tendresse, je m’assieds sur le sol le long de son lit appuyé sur le meuble qui lui sert de commode et il se recouche sous ses couvertures dans l’attente de mon récit, la tête bien ancrée dans son oreiller et le regard fixé dans ma direction.



« C’était, il y a très longtemps. Je venais pour la première fois de remporter une victoire dans une grande bataille au nom du roi Théodore III. J’avais à moi seul retenu la porte du fort alors que celle-ci allait bientôt céder sous le nombre d’assaillants. Je n’étais qu’un simple soldat, mais le roi, qui avait entendu parler de ma prouesse, avait décidé de faire de moi un chevalier au sein même de sa cathédrale pour faire un exemple de sa sagesse et de sa reconnaissance.

Le jour venu, je me retrouvais devant ce magnifique bâtiment, haut de 100 pieds et muni que 10 clochers, chacun orné de reliefs et gravures taillés à la main de l’homme. Sa porte immense était décorée de reliefs qui racontent les exploits des plus valeureux chevaliers de la ville. A l’intérieur les immenses vitres finement décorées par les plus grands artistes du royaume reflètent de mille feux les rayons du soleil.

Thédore III qui a réuni toute sa cour au sein de sa cathédrale, trône dans le sacré cœur assis à la droite de la reine et à la gauche de son générale d’armée. Les aristocrates et bourgeois ont des places d’honneur aux premiers rangs et la plèbe inondent les balcons avec bruit.

Je suis le premier à rentrer dans la cathédrale. Je porte pour l’occasion des habits neufs marqués des blasons de la ville. J’avance doucement dans l’allée principale au milieu des grandes colonnes qui soutiennent la nef. A mes premiers pas, les gens se retournent vers moi pour essayer d’apercevoir ce jeune soldat inconnu qui va recevoir aujourd’hui les honneurs du roi. Ils ne savent pas qui je suis mais ont entendu parler de mes exploits, ce qui attise la curiosité des bourgeoises et nobles dames.

Je traverse seul l’allée centrale de la nef et pose mes deux genoux à terre face à mon roi, tête baissée. Le calme se fait dans la cathédrale et le roi se lève. Il commence à vanter mes mérites et raconte à tous l’exploit que j’ai réalisé. Après quelques minutes, il s’avance vers moi en compagnie du cardinal et me demande de relever la tête. Dans sa main droite, il tient Coupe Jaret, son épée longue. Il la pose sur mon épaule droite et prononce les mots que je répète qui va former mon allégeance.

« En mon roi, je parlerai. A mon roi, mon arme je donnerai. En son nom je ferai honneur. En son nom je ferai vivre la paix. Jamais, je ne déshonorerai. Jamais je ne parjurerai. »

Il dépose son épée sur mon épaule gauche et je répète à nouveau les mots sacrés. Le Cardinal prend place devant moi et pose ses deux mains au-dessus de ma tête en prononçant les mots du saint sacrement.
Un page habillé en bure rouge et or s’approche et tend un coussin sur lequel se trouve une croix en argent finement ciselée accrochée à une chaine en argent. Le Cardinal bénit la croix et la passe autour de mon cou. Cette croix me servira à la fois de protection mais aussi me guidera dans mes choix qui seront toujours guidés par la sagesse et la volonté de faire le bien.

Le roi reprend sa place en face de moi et un autre page s’approche. Le roi s’empare d’une épée longue parée des armoiries de la ville. Son pommeau est orné d’un petit dragon et la garde représente deux serres d’aigle, les deux protecteurs de la ville.

Le roi sourit à la vue de mes yeux qui ne quittent plus l’arme et il la tend vers le cardinal. Celui-ci entame la bénédiction des sept grâces. Ce sermon est un des plus respecté du royaume. Il apporte les sept bénédictions de la ville. La bénédiction de la bravoure, de la force, de l’honneur, de la justice, de la foi, de la compassion et la dernière, la plus importante… Celle de la Vie.

Je joins mes deux mains à la demande du roi et reçoit l’épée, symbole de mon statut de chevalier. C’est la première fois que j’ose affronter le regard de Théodore III. Ses yeux bleu, son visage endurci par l’âge et les batailles, entouré de cheveux couleur de cuivres impose le respect.

Il me fait me lever et pose sa main sur mon épaule:

« Chevalier Elron, vous avez montré votre valeur au combat et avez défendu de toute votre âme la ville de Mont Des Cent. Gardez avec vous ce courage et cette hardiesse au combat. Protégez-ce peuple qui va vous rendre grâce."

Il me fait tourner sur moi-même et je me retrouve à face à toute l’assemblée de la cathédrale alors que le héros du roi acclame haut et fort

« Comtes, comtesses, bourgeoise et bourgeois, peuple de Mont des Cents, acclamez comme il se doit notre nouveau protecteur, messire chevalier Elron Loinvoyant. Longue vie à son bras armé !»

Toute la foule m’acclame à tout rompre et d’autres plus anciens chevaliers viennent à ma rencontre pour me féliciter. Je quitte alors la cathédrale et s’en suit un grand dîner en l’honneur de la victoire contre nos assaillants. »

Mon regard se pose à nouveau sur le lit dans lequel mon ange s’est assoupi. N’entendant plus ma voix il tente d’ouvrir ses yeux mais la fatigue le gagne à grand pas.
J’ouvre le paquet que j’avais laissé au sol après m’être assis et en sors une chaîne en argent à laquelle pend une croix en argent finement ciselée. Je l’accroche à son coup prononçant des mots rassurant.




« Cette croix à ton tour, te protègera des démons. »

Lentement je me lève et embrasse son front. Silencieusement je quitte la chambre et me dirige vers le salon afin de profiter d’un repos bien mérité.

avatar
Elron
Bibliothécaire
Bibliothécaire

Messages : 1734
Date d'inscription : 21/07/2008
Age : 45

Feuille de personnage
Nombre de Points:
198/223  (198/223)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum